Jean-Louis Gasset : «Il fallait prendre des risques»

Tout en soulignant la grande prestation de Stéphane Ruffier et Mathieu Debuchy, l'entraîneur des Verts explique pourquoi il a effectué un important changement tactique en seconde période alors que son équipe était malmenée par Strasbourg.
Pros Samedi 14 Avril 2018 à 23h06
Que vous inspire ce 11e match consécutif sans défaite ?
Ce n’est pas loin d’être un hold-up. Mais, quand on a un grand gardien et un défenseur qui n’abandonne jamais et qui nous marque des buts décisifs, on a de la qualité morale. Sur le match, Strasbourg méritait mieux. Mais, malheureusement pour eux, soit ils sont tombés sur le gardien, soit ils ont été un peu maladroits. Ce qui fait que l’on gagne par miracle.

Comment jugez-vous la prestation de votre équipe ?
On aurait pu marquer sur la première action car on a joué, on est entré dans les seize mètres, on est allés à la bagarre. Après, dans l’envie, le comportement, on a besoin de resserrer quelques boulons. Peut-être qu’après le match de Paris on était venu faire une démonstration. Et, Strasbourg nous a grandement secoués. Parfois, ça arrive de ne pas mériter de gagner. A Rennes, on ne prend qu’un point alors que nous avions eu les occasions nécessaires pour l’emporter. Contre Paris, on méritait aussi les trois points. Cette fois, je ne sais pas si l’on méritait ne serait-ce qu’un point.

Kévin Monnet-Paquet, que vous avez repositionné en latéral gauche durant la rencontre, s’est montré décisif après votre changement tactique. Pourquoi avez-vous pris ce risque ?
Il fallait prendre des risques. On a du retard sur les équipes qui sont devant nous au classement et on n’avance pas avec des matches nuls. Il fallait le tenter, quitte à perdre le match. Cette fois, cela a payé. Mais, en jouant comme cela, ça ne paiera pas souvent. J’ai félicité tout le monde contre Paris alors que l’on a pris seulement un point. Ce soir (samedi soir), on en a pris trois mais il y en a que je ne féliciterai pas. Je leur dirai. Mais, ils le savent et ils n’ont pas besoin de la vidéo pour être conscient de leur prestation.

Qu’est ce qui a manqué à votre équipe ?
Techniquement, on a été très faibles. Dans les duels, on a été laminés. Pourtant, on a eu le temps de récupérer. Soit c’est de la suffisance, soit c’est de la fatigue mentale. On a va essayer de resserrer tout ça.

Votre équipe est désormais à un petit point de la 5e place…
Il reste cinq matches. On prend les risques pour les gagner. En jouant comme on a joué ce soir (samedi soir), on ne peut pas y arriver. En jouant comme on a joué contre Paris, on peut y arriver. En faisant un grand match, on n’avait pris qu’un point. Là, avec trois ou quatre joueurs pour nous sauver, on en prend trois. C’est le paradoxe du football.

 

Derniers articles

Suivez l'ASSE sur les réseaux sociaux et applications :